Copie33

Traité de Saint Clair sur Epte

Signature

bv000003.jpg

Le traité de 911 Il met un point final à une longue suite d’invasions calamiteuses pour nos contrées. Ces marins norvégiens, à la nuque raide, ne connaissaient que la rigueur de leurs bras, l force de leurs âmes, et la puissance du vent : « La tempête nous porte là où nous voulons aller ». En 911, c’est l’attaque surprise de Chartres qui apparaît plus comme un moyen de pression diplomatique que comme une conquête. Rollon, enfin, le dernier et le plus puissant, descendait de Gor, roi des îles vers 200. Un descendant, Ragnwaid, iarl de Moere et Raumsdald se soumit au roi des terres, Harold. Pour limiter ces exactions continuelles, où Saint-Clair avait été incendié en 885, Charles II le Simple doit offrir un territoire français. La paix conclue, Charles invita le Chef Normand à une entrevue à Saint-Clair-sur-Epte, où il possédait une villa Carolingienne. Rollon accepta et s’y rendit avec son armée. Chacun campa sur sa rive respective. Au moment de franchir la rivière, Rollon hésita, craignant de ne plus pouvoir satisfaire à l’avenir la rapacité de ses guerriers qui n’auraient plus rien à piller. Il déclara, peu scrupuleux de la parole donnée, que le territoire concédé ne lui suffisait pas, qu’il lui en fallait un autre pour occuper ses soldats. Charles ne s’éleva pas contre cette nouvelle exigence et lui abandonna la Bretagne, d’autant plus volontiers que, n’en étant pas le suzerain, elle ne lui appartenait pas. La scène a donc dû se passer au gué, sur les bords de l’Epte, dans la prairie, entre juillet et décembre 911. Rollon se serait refusé à baiser le pied du roi, en signe de vassalité La culbute en arrière de Charles, parmi les risées de l’assistance, lorsque le chef Normand, désigné en remplacement, et resté debout, leva le pied du roi jusqu’à sa bouche, est discuté aujourd’hui, la cérémonie du baisement de pied n’étant pas, paraît-il, en usage à cette époque.

 

Le village de Saint Clair, situé sur les rives de l’Epte, à mi-chemin de Paris et Rouen, a été un village-étape dès l’époque romaine jusqu’au XIXe siècle. Le village a gardé son apparence de village-rue, caractéristique des lieux liés à une voie de communication. Saint-Clair-sur-Epte doit son nom à Saint Clair, moine anglais né en 845 à Olchestria (Angleterre) qui deviendra Rochester (Kent). Fuyant le mariage, il s’installe en France à l’abbaye de Négreville (Manche) Une femme noble le poursuivant de ses assiduités, il doit de nouveau prendre la fuite. Il trouve refuge dans un ermitage sur les bords de l’Epte. Furieuse d’avoir été éconduite, la femme envoie ses soldats le tuer. Les soldats le décapitent le 4 novembre 884, emporte sa tête et la plonge dans la fontaine située près de son ermitage. Depuis, cette fontaine a la réputation d’opérer des miracles. Un pèlerinage a lieu le jour de la fête du saint (procession de Saint Clair). En 911, le traité de Saint-Clair-sur-Epte est ratifié par le roi de France Charles III dit le simple et le chef viking Rollon. Il lui octroie le duché de Normandie, soit le territoire entre l’Epte et la mer, en échange de l’arrêt des pillages. Par ce traité, s’est opérée la séparation du Vexin en deux parties : le Vexin Normand et le Vexin Français. Le village devient alors un poste frontière entre la Normandie et l’Ile de France.

Date de dernière mise à jour : 28/11/2013